Mes notes de blog

Justice pour Thomas Sankara

 

Dimanche 15 octobre à 15H, j’étais à Montpellier allée T Sankara, aux côtés de Marianne Sankara son épouse, pour rendre hommage au grand dirigeant du Burkina Faso assassiné il y a 30 ans, le 15 octobre 1987.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire Africaine, je rappelle brièvement que le capitaine T Sankara est arrivé au pouvoir en 1983 porté par une révolution populaire, il est devenu à l’époque en Afrique, le symbole de l’émancipation Africaine et de la justice sociale contre l’emprise néocoloniale notamment des élites françaises. Il a mis en œuvre dans son pays un processus de redistribution de la richesse au bénéfice des plus pauvres, un plan de scolarisation massif des garçons et des filles ; il a été aussi un ardent partisan du droit des femmes en Afrique. En 1986, au sommet D’Addis-Abeba il a appelé à l’annulation de la dette des pays les plus pauvres, précisant qu’ainsi les populations qui ne payerons plus la dette ne mourrons plus de fin, tout en étant certain que les préteurs non remboursés eux, ne mourrons pas de faim non plus. Il a appelé également à un mouvement international d’annulation de la dette des pays les plus pauvres. Il fut immédiatement dénoncé par les puissants de la terre et l’année suivante en octobre 1987, il était assassiné dans son bureau présidentiel dans des conditions non encore élucidés, son successeur, Blaise Compaoré (dont en soupçonne sa participation au complot contre Sankara) a dirigé le pays d’une main de fer au service de la France Afrique et des puissants. En 2013 la révolte de la jeunesse et de la population l’a chassé du pouvoir et a permis l’organisation d’élections libres.

La renommée de Sankara est immense, dans toute l’Afrique, car il symbolise avec d’autre grande figure, la lutte pour l’émancipation africaine. J’ai eu l’occasion de m’en rendre compte lors d’un voyage dans une des iles du Cap Vert (ancienne colonie portugaise) lorsque j’ai vu dans certaines tavernes affiché cote à cote l’effigie d’Amílcar Cabral (grand révolutionnaire de Guinée-Bissau et du Cap vert qui fut assassiné par la police secrète de Salazar, le dictateur portugais) et celle de T Sakara. Il est significatif qu’il soit populaire même dans un pays non francophone.

Lors de la cérémonie du 15 octobre 2017, l’épouse de Sankara, Mariam SANKARA a lancé un appel solennel pour que toute la lumière soit faite sur les conditions et les complicités dans l’assassinat du dirigeant Burkinabé. Cet appel a été largement repris par de nombreuses associations. Je m’adresse au gouvernement français pour qu’il déclassifie les documents secrets défenses concernant cette affaire et qu’il aide la justice à faire toute la lumière sur cet assassinat, j’ai transmis cette demande à la députée de l’HERAULT Muriel Ressiguier que je représenté à cette cérémonie et au groupe des députés de la France Insoumise présidé par JL Mélenchon pour qu’ils appui cette démarche.

Justice pour Thomas Sankara

Rene Revol

 

 

Catégories :Mes notes de blog

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s