Mes notes de blog

Empêcher la nouvelle gare TGV, Imposer une ligne fret-voyageurs jusqu’à l’Espagne, C’est possible !

Vous trouverez aux liens suivants mes deux interventions au dernier conseil métropolitain dans lesquelles je m’oppose à la création de la nouvelle gare TGV et je défends la nécessité d’une ligne continue fret-voyageurs jusqu’à l’Espagne.

Avant de préciser les moyens à mettre en œuvre pour que notre mobilisation citoyenne aboutisse, voici, rapidement développés, mes arguments.

Les arguments :

Sensibilisé de longue date aux questions liées aux inondations et aux changements climatiques qui voient nos territoires et les populations subir ces évènements météorologiques de plus en plus dramatiques, je ne peux accepter l’implantation d’une gare en zone inondable, dans le secteur du Nègue-Cats, zone naturelle essentielle pour la prévention et la gestion des inondations.

Je critique la logique du projet actuel défendu par le gouvernement. Pas sur le trajet lui-même mais sur le fait que SNCF Réseau sacrifie totalement le fret. Aucun trafic marchandises ne sera possible entre Béziers et Perpignan ! Pour ce tronçon, seul est prévue une voie pour la très grande vitesse. A la veille de la COP 21, difficile d’imaginer une politique de transports plus anti-écologique que celle qui consiste à concentrer tous les investissements sur et pour les TGV au détriment des trains du quotidien et du fret. La différence entre la stratégie défendue par les élus espagnols pour assurer le développement du transport ferroviaire de marchandises et assurer le développement économique de leurs ports méditerranéens et ce qui se trame de ce côté des Pyrénées est affligeante pour le gouvernement et nos entreprises dites « publiques ». J’ai pu m’en rendre compte directement lors de la conférence des villes à grandes vitesses et pour l’interconnexion ferroviaire qui s’est tenue à Montpellier le 13 octobre 2015. La représentante de la nouvelle municipalité Podemos de Barcelone défend les mêmes positions que nous.

Comment accepter que la SNCF elle-même organise sa propre concurrence avec sa branche Geodis qui s’occupe du transport de marchandises : les transports ferroviaires de marchandises ne représentent que 20% de son activité, les 80% restant se faisant par la route ! La conséquence directe de cette politique du tout routier, c’est ce mur de camion sur l’A9 que nous subissons. Rappelons que les transports sont la première source des émissions de gaz à effet de serre en France et que le transport routier est responsable de 92 % de ces émissions.

Le projet de gare nouvelle à la Mogère participe de cette aberration puisque cette « future gare » ne verra « s’arrêter » que quelques TGV par jour (4 ou 5), alors que les TER desservent la Gare St Roch… qui est le point central du réseau de tramway de Montpellier. Ainsi, pour « gagner quelques minutes de train entre Montpellier et Paris » ceux qui prennent le TGV vont perdre un temps considérable, jusqu’à trois quarts d’heure, pour se rendre à la future gare de la Mogère !

Mais surtout les voyageurs des trains du quotidien, alors qu’ils sont pourtant bien plus nombreux que les usagers de la grande vitesse, sont abandonnés au nom du libéralisme dominant. Les TER et Intercité, qui participent du maillage de nos territoires sont mis à mal avec la loi Macron et la libéralisation des services d’autocars sur les tronçons les plus rentables jusqu’alors réservés au train. Avec la Gare de la Mogère et ses TGV d’un côté et les TER de l’autre, on va contribuer encore un peu plus à reporter sur la route une part du trafic ferroviaire.

Enfin le projet de SNCF Réseau n’est pas seulement anti-écologique et dangereux socialement, il est aussi complètement aberrant économiquement puisque basé sur des prévisions totalement irréalistes de trafic de SNCF Réseau :

Entre 2009 et 2015, les prévisions de trafic ont été divisées par deux dans certaines gares de la Ligne Nîmes Montpellier Perpignan.

Le montage financier de la Gare de la Mogère en partenariat public- privé (PPP) est à l’avantage exclusif des grands groupes financiers ; en effet ceux-ci vont se rémunérer sur les péages payés par les trains passant dans la nouvelle gare et si ces montants sont insuffisants, ce sont les collectivités, donc les citoyens-contribuables qui devront prendre à leur charge le déficit !

Derrière l’opacité de ce contrat, ses surcoûts en devenir sont une atteinte directe à la démocratie car la logique du profit l’emporte sur l’intérêt général qui veut qu’on abandonne immédiatement ce projet.  L’argent public doit être utilisé pour développer le fret et non pour construire des gares en plein champ au seul bénéfice des groupes financiers.

On peut gagner !

Je suis convaincu que sur ce dossier nous pouvons modifier la donne. Si nous ne nous laissons pas impressionner par les puissants lobbies qui mobilisent leurs moyens pour nous contredire et parfois nous attaquer personnellement. D’abord la mobilisation citoyenne et la prise de conscience de l’opinion publique est de plus en plus visible. Elle va s’amplifier dans les mois qui viennent : pétitions, rassemblements, referendum citoyen …

Ensuite, les actions judiciaires sont indispensables. Plusieurs recours ont été déposés et je m’y associe à titre personnel. En tant qu’élu, comptable de l’argent public, je me devais d’attaquer ce projet devant le tribunal administratif.

Enfin, les élections régionales des 6 et 13 décembre prochain constituent une échéance décisive pour ce dossier. La liste Nouveau Monde conduite par Gérard Onesta (rassemblant l’autre gauche qui ne soutient pas le gouvernement : EELV, Front de Gauche, Nouvelle Gauche Socialiste, Occitanistes, citoyens et personnalités engagées…) s’est clairement prononcée : si elle arrive aux responsabilités, elle retire les 45 millions d’euros engagés par la région ; ainsi la nouvelle gare ne se fera pas et cet argent public sera investi dans les transports ferroviaires du quotidien et dans la ligne de fret.

La convergence de ces trois actions, mobilisation citoyenne, actions judiciaires et élections régionales, peuvent nous faire espérer.

René Revol, le 23 octobre 2015

Catégories :Mes notes de blog

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s